Boris Johnson perd son deuxième vote: pas de procédure d’urgence pour le Brexit, possiblement de nouvelles élections

67

La Chambre des communes britannique a donné son feu vert mardi soir pour clore le traitement en plénière de la loi sur le Brexit, premier obstacle à l’accord du premier ministre Boris Johnson sur le Brexit. Mais le deuxième vote sur le traitement d’urgence de cette procédure n’a pas été approuvé par le Parlement.

La Chambre des communes a commencé mardi par la discussion du projet de loi sur les accords de retrait, ou “WAB”, qui devrait transposer dans le droit national l’accord sur le Brexit conclu par Johnson la semaine dernière avec l’UE. 

Le vote a porté sur la question de savoir si cette loi serait approuvée en deuxième lecture, ce qui signifie que le débat en plénière serait terminé et que le texte pourrait être renvoyé devant les commissions compétentes. 329 députés ont voté pour, 299 contre.

Procédure d’urgence

Le premier obstacle a donc été franchi, mais le deuxième vote ne devait pas se dérouler sans heurts. Et ce n’était pas le cas non plus. La Chambre des communes britannique a rejeté le traitement d’urgence de la loi sur le Brexit. Un Brexit ordonné d’ici la fin du mois semble maintenant presque impossible.

Le gouvernement a perdu le vote par 308 voix contre 322 voix. Le Premier ministre Boris Johnson a déclaré plus tôt dans la journée qu’il retirerait la loi sur le Brexit dans ce cas et qu’il encouragerait des élections anticipées.

Dans une première réaction aux votes à la Chambre basse, Johnson était ravi qu’une majorité ait soutenu la loi sur le Brexit. “C’est un moment important”, a-t-il déclaré, le Parlement mettant enfin l’intérêt national au premier plan. Johnson s’est dit déçu que la procédure d’urgence proposée ait été rejetée, de sorte que, selon le Premier ministre, un Brexit fondé sur l’accord conclu avec l’UE ne serait plus réalisable au 31 octobre.

Il est fort probable qu’un nouveau répit pour le Brexit s’annonce. Le parlement avait auparavant forcé Johnson à le demander. «Il appartient maintenant à l’Union européenne de prendre une décision. Je parlerai aux États membres européens jusqu’à ce qu’ils aient pris cette décision “, a déclaré Johnson. “Tant que nous suspendons le traitement de cette législation.”

Donc, Johnson ne va pas (encore?) Pour autant qu’il a menacé mardi après-midi. Il a ensuite annoncé qu’il retirerait le WAB en cas d’échec de la procédure d’urgence et demanderait des élections anticipées. “Quoi qu’il en soit, nous allons quitter l’Union européenne avec cet accord”, a déclaré M. Johnson mardi soir.

La Commission européenne attend maintenant du gouvernement britannique qu’il explique davantage les prochaines étapes, a immédiatement déclaré une porte-parole à Twitter. Pendant ce temps, le président européen Donald Tusk poursuit ses consultations avec les dirigeants européens sur la demande de Johnson de reporter le Brexit au 31 janvier 2020. Il a déjà fait cette demande samedi.


source : gva

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here