Manifestation à Hong Kong: deux personnes dans un état critique après le chaos

98
source : youtube

Deux personnes sont dans un état critique après une autre journée de violentes manifestations à Hong Kong.

Un manifestant a été blessé lundi matin lorsqu’un officier de police a ouvert le feu sur lui.

Il était la troisième personne à avoir été abattue par la police depuis le début des manifestations il y a 24 semaines.

Plus tard lundi, un partisan de Beijing a été aspergé de liquide inflammable et incendié après s’être disputé avec des manifestants, qui réclamaient plus de démocratie et une plus grande responsabilité de la police à Hong Kong.

La directrice générale du territoire, Carrie Lam, s’est adressée aux journalistes lundi soir et a averti les manifestants qu’ils ne réussiraient pas à obtenir leurs revendications.

“Nous ne ménagerons aucun effort pour trouver les moyens qui permettraient de mettre fin à la violence à Hong Kong le plus rapidement possible”, a-t-elle déclaré.

Des affrontements ont eu lieu lundi à Hong Kong entre des manifestants et la police, qui a tiré des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène. À un moment donné, des gaz lacrymogènes ont été lancés dans le quartier central des affaires – un événement rare pendant les heures de travail en semaine.

Les violences de lundi ont fait suite à un week-end de veilles et de manifestations après le décès, vendredi, d’un étudiant manifestant âgé de 22 ans. Alex Chow était à l’hôpital depuis qu’il était tombé du bord d’un parking au cours d’une opération de police menée la semaine précédente.

Les manifestations ont commencé en juin contre un plan maintenant retiré visant à permettre l’extradition vers la Chine continentale, mais se sont depuis transformées en manifestations plus vastes.


Qu’est-il arrivé au manifestant blessé?

La fusillade a eu lieu alors que les manifestants tentaient de bloquer une intersection à Sai Wan Ho, au nord-est de l’île de Hong Kong. La police a confirmé qu’un officier “avait déchargé son revolver de service” et qu’un homme avait été abattu.

Des séquences vidéo publiées sur Facebook ont ​​montré l’agent en train de dégainer son arme avant de s’attaquer à un homme à un barrage routier. Lorsqu’un autre homme s’est approché avec un masque, l’agent a tiré sur lui, le frappant au torse. L’officier a tiré deux fois de plus, mais il n’y a pas eu de blessé.

Après la fusillade, le film montre le manifestant âgé de 21 ans étendu les yeux grands ouverts et ensanglanté.

Il a subi une intervention chirurgicale et reste dans un état critique, a déclaré à la BBC un porte-parole des autorités hospitalières.

La police a déclaré que les agents avaient également sorti des armes à feu de leurs étuis à deux autres endroits.

Mais ils ont démenti ce qu’ils ont appelé des déclarations “totalement fausses et malveillantes” selon lesquelles les officiers auraient reçu l’ordre “d’utiliser imprudemment leurs armes à feu” lors des opérations de lundi.

C’était la troisième fois qu’un policier tirait sur quelqu’un avec des balles réelles. Le premier incident a eu lieu lors des manifestations du 1er octobre, alors que la Chine célébrait 70 ans de règne communiste. Le deuxième cas était celui d’un adolescent tué par balle à la jambe le 4 octobre.


Sang et graffiti

Le passage piéton de Sai Wan Ho, où le jeune manifestant a été abattu, est devenu un site de tension considérable.

Les activistes ont construit des barricades à travers la jonction – et quand la police anti-émeute arrive, ils font face à un torrent de mauvais traitements de la part de passants de tous âges.

On peut encore voir du sang dans la rue – et à côté, des graffitis lisent “Nous ne nous rendrons jamais”.

À chaque départ de la police anti-émeute, les manifestants reviennent pour ériger à nouveau leurs barricades.

La crise politique de Hong Kong, qui en est à son cinquième mois, continue de devenir plus violente.

Ligne grise de présentation

Qu’est-il arrivé au partisan pro-Pékin?

L’homme sans nom a été aspergé d’un liquide inflammable après avoir eu une dispute avec des manifestants à Ma On Shan, à environ 20 km au nord du quartier des affaires. L’agence de presse AFP a indiqué que l’argument avait commencé.

La vidéo partagée en ligne montre que l’homme, vêtu de vert, dit aux manifestants “qu’aucun d’entre vous n’est Chinois”. Les manifestants répondent en lui disant de “rentrer dans la région de la grande baie”, qui fait partie du continent chinois de l’autre côté de la frontière depuis Hong Kong.

L’homme a ensuite été incendié dans ce que le surintendant principal John Tse avait qualifié “d’incident le plus choquant”.

“L’homme est maintenant admis à l’hôpital dans un état critique et l’affaire est sous enquête par l’unité criminelle régionale de New Territories South”, a-t-il déclaré à la presse.


Que s’est-il passé lundi?

La plupart des manifestations ont eu lieu le week-end, mais des militants pro-démocrates ont appelé tous les travailleurs à une grève générale lundi.

La police a qualifié les militants de “manifestants radicaux”, menant des “actes illégaux de grande envergure”, et les a exhortés à cesser toute action menaçant la sécurité et à faire obstruction à la police.

Plusieurs universités ont annulé leurs cours pour la journée.


source : cnn

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here