Violence en Equateur: les manifestants acceptent des pourparlers avec le gouvernement

L’ONU a annoncé que les représentants du gouvernement de l’Équateur et des groupes autochtones du pays tiendraient leurs premiers pourparlers directs plus tard dimanche, dans le but de mettre fin aux manifestations violentes.

Les manifestants demandent le retour des subventions sur les carburants, que le gouvernement a supprimées dans le cadre de mesures d’austérité.

Les rapports indiquent que le président Lenín Moreno a accepté de réévaluer les subventions, mais pas nécessairement de les abroger.

Près de deux semaines de troubles ont laissé une grande partie de la capitale, Quito, dans le chaos.

Samedi, le président Moreno a annoncé qu’un couvre-feu serait imposé à Quito et dans les régions environnantes, et imposé par l’armée.

Profil de l’Équateur

“J’ai ordonné au commandement conjoint des forces armées de prendre immédiatement les mesures nécessaires pour rétablir l’ordre dans tout l’Equateur”, a-t-il déclaré dans un discours télévisé.

Les forces armées ont déclaré que les déplacements seraient restreints dans tout le pays pendant 24 heures. L’Équateur est déjà soumis à une urgence nationale de deux mois.

M. Moreno a également révélé que les manifestants avaient accepté de mener des pourparlers directs pour la première fois.

Dans une déclaration ultérieure sur Twitter, l’ONU a annoncé que les pourparlers se dérouleraient à Quito à 15h00 (20h00 GMT).

Des membres du groupe de coordination autochtone CONAIE avaient précédemment rejeté les appels aux pourparlers, mais ont accepté à condition qu’ils soient diffusés et non tenus à huis clos, selon des informations rapportées.

Plus tôt samedi, des manifestants ont attaqué une chaîne de télévision et un bureau de presse à Quito. La chaîne Teleamazonas a diffusé des images de ses vitres brisées et d’un véhicule en feu. Le journal El Comercio a tweeté qu’un “groupe d’inconnus” avait attaqué ses bureaux. Aucun blessé n’a été signalé dans les deux cas.

Ailleurs, des hommes masqués ont lancé des bombes d’essence sur un bâtiment du gouvernement à Quito, abritant le bureau du contrôleur général, puis l’ont envahi.

Sur Twitter, la ministre de l’Intérieur, Maria Paula Romo, a déclaré que la zone autour du bâtiment était en train d’être évacuée afin que les équipes de pompiers puissent éteindre les flammes. Elle a ajouté que 30 personnes avaient été arrêtées devant le bâtiment.


Quel est le fond?

Les protestations ont commencé après que le gouvernement a annoncé la fin des subventions sur les carburants dans le cadre des réductions des dépenses publiques convenues avec le Fonds monétaire international (FMI) en contrepartie d’un prêt. L’accord conclu en mars permettra à l’Équateur d’emprunter 4,2 milliards de dollars (3,4 milliards de livres sterling).

M. Moreno a déclaré que les subventions sur les carburants, introduites dans les années 1970 avec un coût annuel de 1,3 milliard de dollars, n’étaient plus abordables. Leur élimination fait partie de son plan visant à consolider l’économie en déclin de l’Équateur et à alléger le fardeau de sa dette.

Les prix de l’essence ont grimpé en flèche et des milliers de personnes sont descendues dans les rues. Ces derniers jours, ils ont érigé des barricades, pris d’assaut des bâtiments et se sont heurtés aux forces de sécurité qui ont tenté de disperser la foule avec du gaz lacrymogène.

Les manifestants ont également pénétré dans certains champs pétrolifères, affectant la production de la nation andine, membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole. Certains ont également appelé à la démission du président.

Les manifestations dirigées par les autochtones ont renversé trois présidents au cours des dernières décennies. Depuis que les troubles actuels ont commencé, les manifestants ont pris des dizaines d’officiers en otage dans divers endroits du pays.


source : bbc
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Unknown 11 vues

Background
Info
Cast
  • Original title:
  • Genre: A LA UNE
  • Rating: votes
Background
Comments 0